Le Manitoba, toujours bonne mine! ACCUEIL LES
ADOS
NOUVELLES
Les ados, toujours bonne MINE!
L'histoire
du roc
Exploration et
exploitation minière
Directions Des occasions
en or!
Géotours Les légendes
du roc
Géojeux FAQs D’autres ressources
à explorer
Liens Explorez le
Manitoba

Directions

Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur

L’Île de la Tortue

Il existe de nombreuses versions des origines des premiers peuples de la Terre. Voici l’histoire de l’origine des peuples objibway / anishinabe.

Le Grand Mystère (ou Kitchi-Manitou) a mis les peuples sur la Terre. Après de nombreuses années, les peuples ont cessé de mener une vie de paix et ont commencé à se disputer avec leurs amis et leur famille. Comme il n’y avait plus de respect pour les êtres vivants, Kitchi-Manitou a décidé de nettoyer la Terre. Pour ce faire, il s’est servi de l’eau.

L’eau est venue et a détruit tous les humains sauf Nanaboozhoo. Certains animaux qui pouvaient voler ou nager ont aussi survécu. Nanaboozhoo avait une énorme bûche qu’il avait enfourchée afin d’échapper à la montée des eaux. Il flottait sur sa bûche à la recherche d’une terre, mais il n’y en avait aucune à l’horizon. Il permettait aux animaux survivants de se reposer sur la bûche avec lui à tour de rôle.

Finalement, Nanaboozhoo a déclaré aux animaux qu’il allait plonger sous l’eau et essaierait de se rendre au fond pour ramener un peu de terre à la surface. Il leur a expliqué qu’avec l’aide de Quatre Vents et de Kitchi-Manitou, il pourrait créer une nouvelle terre sur laquelle ils pourraient tous habiter. Il a ensuite plongé dans l’eau. Il y est resté longtemps, mais quand il est remonté à la surface pour respirer, il a dit que l’eau était trop profonde et qu’il n’avait pas réussi à toucher le fond.

Alors, le Mahng, le huard, a pris la parole. Il a annoncé qu’il essaierait lui aussi de plonger dans l’eau et de ramener un peu de terre dans son bec. Le huard est parti pendant très longtemps. De retour à la surface de l’eau, il était épuisé. Pour lui aussi, l’eau était trop profonde pour qu’il puisse toucher le fond.

Chacun à leur tour, les animaux ont tenté de toucher le fond, mais ils ont tous échoué parce que l’eau était trop profonde. Puis, une toute petite voix s’est fait entendre. C’était celle de Wa-zhushk, un petit rat musqué. Il voulait essayer de plonger dans l’eau. Tous les animaux ont pouffé de rire. Nanaboozhoo a alors élevé la voix pour dire aux animaux que seul Kitchi-Manitou pouvait juger le petit rat musqué. S’il voulait essayer, il avait le droit de le faire.

Wa-zhushk a plongé dans l’eau. Il y est resté pendant très longtemps. Nanaboozhoo et tous les autres animaux s’inquiétaient que Rat musqué se soit noyé. Après une longue période de temps, ils ont vu quelque chose qui flottait à la surface de l’eau. Ils ont hissé Rat musqué sur la bûche : il s’était noyé. Tous les animaux et Nanaboozhoo ont commencé à pleurer sa mort. Puis, un des animaux a remarqué que Rat musqué tenait quelque chose dans sa patte. C’était une boule de terre. Wa-zhushk, le rat musqué avait sacrifié sa vie pour que la vie sur Terre puisse recommencer.

Pendant que Nanaboozhoo prenait la terre dans la patte de Rat musqué, Tortue s’est avancée à la nage et a offert son dos pour y mettre le sol. Tout le monde croyait qu’avec l’aide de Kitchi-Manitou, ils pourraient créer une nouvelle Terre. Dès que le sol a été placé sur le dos de Tortue, le vent s’est mis à souffler des quatre directions. La petite motte de terre s’est mise à croître. Elle a grandi et grandi jusqu’à former une mi-ni-si, une île dans l’eau. L’île a continué à croître, et Tortue était capable de la tenir sur son dos. Rapidement, une gigantesque île s’était formée au milieu de l’eau. Tous chantaient et dansaient de joie.

Selon la légende, l’Île de la Tortue a formé le continent de l’Amérique du Nord.

 

La Béringie

Les archéologues ont développé de nombreuses théories pour expliquer comment les Premières Nations sont arrivées en Amérique du Nord. L’une des plus largement acceptées est qu’un ancien pont continental a autrefois relié l’Asie à l’Amérique du Nord. On pense que les premiers habitants de l’Amérique du Nord sont arrivés il y a environ 30 000 à 35 000 ans de cela, pendant l’époque glaciaire. À ce moment-là, à mesure que le niveau des océans s’est abaissé et que ceux-ci se sont changés en glace, un pont de terre glacé pourrait s’être formé en Béringie, ce qui aurait permis aux chasseurs de passer d’un continent à l’autre. Cela pourrait expliquer pourquoi certains artéfacts de l’époque glaciaire, qui ont été découverts en Amérique du Nord, sont semblables aux artéfacts trouvés en Asie et qui datent de la même ère géologique de l’histoire. Les artéfacts pourraient bien avoir été abandonnés par les chasseurs de l’époque glaciaire quand ils poursuivaient les troupeaux de buffles, de mammouths, de bisons et de caribous en Amérique du Nord.

L’image, extraite de l’ouvrage Hands-On Social Studies, Grade 6 (2005), est reproduite avec la permission de Portage & Main Press.

 

Manito-wah-paow

Le nom Manitoba a été donné à la province en 1870, à la suggestion du chef métis Louis Riel. Ce mot, dérivé du mot cri Manito-wah-paow, signifie le passage du Grand Esprit qui décrit le rétrécissement du lac Manitoba près de son centre. Quand les vagues qui déferlaient résonnaient sur le lac, les peuples autochtones croyaient que c’était le roulement de tambour du Grand Esprit, le puissant Manitou. 

Les peuples autochtones qui se sont établis au Manitoba connaissaient très bien les méthodes traditionnelles d’utilisation du terrain, y compris la chasse, la pêche et l’exploitation des roches. Les roches étaient extraites et sculptées pour fabriquer des outils ou pour d’autres utilisations. Le minéral nommé hématite (ocre rouge) était broyé en une fine poudre, mélangé à de l’eau et utilisé comme peinture pour orner leur corps pendant les rituels sacrés. L’hématite était aussi utilisée comme peinture pour immortaliser les anciennes légendes autochtones sur les falaises rocheuses*. Les roches et les minéraux étaient considérés par les Autochtones comme des cadeaux du Créateur. De grosses roches et pierres étaient parfois choisies et placées dans des lieux sacrés de guérison et d’enseignement. Les pierres étaient disposées sur le sol pour correspondre aux quatre Points cardinaux sacrés. Ces formations rocheuses uniques, dont beaucoup prenaient la forme d’animaux, de personnes ou d’une roue médicinale, peuvent toujours être trouvées au Manitoba et sont connues sous le nom de pétroformes. Les pétroformes du Manitoba représentent des traces de la longue histoire des Autochtones et de leur lien étroit avec la terre.

 

Connaissances traditionnelles

Les connaissances traditionnelles (culture et vision du monde) des peuples autochtones offrent des indications précieuses sur leur mode de vie et leur paysage culturel unique en son genre.

Les connaissances autochtones, qui ont été élaborées au fil de nombreuses années de pratiques et de sagesse traditionnelles, ont été transmises de génération en génération par les Anciens au sein de communautés aux liens très serrés. La transmission des connaissances traditionnelles était réalisée avec grand soin et comprenait l’étude des conditions météorologiques, des cours d’eau, des animaux, des plantes et des saisons. Les connaissances culturelles livrées par les Anciens au fil de nombreuses générations continuent d’être un fondement pour les communautés autochtones même dans un contexte où elles croissent, s’engagent et explorent de nouvelles occasions dans le secteur moderne des mines et des minéraux. De nos jours, bon nombre de communautés autochtones cherchent à transmettre les connaissances anciennes de leurs ancêtres en incorporant les méthodes traditionnelles d’utilisation du terrain et la planification des ressources dans les initiatives modernes de développement de l’industrie, de l’économie et de la communauté.

 

Cercle d’apprentissage

Explore les hyperliens du cercle d’apprentissage pour en apprendre plus sur la culture autochtone, les agglomérations minières autochtones au Canada, le portail des Autochtones au Canada et plus encore.

Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateurCe lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur Ce lien ouvre dans une nouvelle fenêtre de navigateur

*Cet hyperlien conduit à une page en anglais seulement.

haut de page